Le dialogue social a gagné

Le dialogue social a gagné

Rédigé le 13/10/2020


Le dialogue social a gagné

 

Après quatre mois d’intenses négociations qui auront exigé de façon plutôt inédite, des prolongations, FO a signé avec la Direction deux accords qui formalisent cette victoire du dialogue social.

Quand le dialogue social gagne, c’est Airbus qui gagne et ce sont les salariés qui gagnent !

Pour FO, cette crise sans précédent ne pouvait pas détruire cet élan commun, qui fait la richesse d’Airbus depuis plus de 50 ans !

Sans chercher à rentrer dans une quelconque polémique totalement stérile, il est malgré tout important de repréciser que pour FO, “réformisme” ne signifie pas “accepter sans négocier”.

Le réformisme exigeant porté par FO Airbus, aura démontré une fois de plus son efficacité.

Nous avons respecté notre rôle, notre mission, notre mandat.

Les moyens seront mis en œuvre pour préserver l’emploi de TOUS.

Le résultat de cette négociation, en garantissant également la solidarité, protège les conditions de travail de l’ensemble des salariés.

Nous sommes FO… Et à ce titre, nous n’avons jamais nié les effets de cette crise dramatique sur Airbus. Nous nous sommes juste imposés à trouver les solutions, pour ne pas rajouter une crise à la crise.

Nous devons tous être conscients que la crise que traversent notre groupe et notre filière, est loin d’être terminée.

Au vu de la situation actuelle, ces accords nous protègent.

Cependant, il est capital et urgent de trouver les moyens de sortir au plus vite de ce drame sanitaire et de ses répercutions économiques et sociales.

En attendant, pour FO, ces accords doivent montrer la voie à l’ensemble de la filière aéronautique.

FO Airbus soutiendra autant que nécessaire nos collègues sous-traitants.

Cela doit passer obligatoirement par des efforts partagés, justes et justifiés, et des solutions socialement acceptables.

L’ensemble de la filière peut compter sur notre soutien inconditionnel, et, après avoir protégé les salariés d’Airbus, nous demandons à nos dirigeants de renvoyer au plus vite vers nos sous-traitants, les charges de travail qui devront garantir leurs emplois et leurs compétences.

Nous sommes tous conscients qu’Airbus est totalement dépendant de cette filière.

Malheureusement il est fort probable, et c’est déjà le cas aujourd’hui, que certaines entreprises n’aient pas la solidité de résister à ce tsunami.

Enfin, les Pouvoirs Publics et l’Europe doivent tout mettre en œuvre pour créer le plus rapidement possible les conditions d’un redémarrage du trafic aérien.

Sur ce sujet aussi FO intervient à tous les niveaux.

FO, LE REFORMISME EXIGEANT, AU SERVICE DE NOS EMPLOIS ET DE NOTRE INDUSTRIE

 


Tract signatures APLD et PSE (1).pdf Tract signatures APLD et PSE (1)